Psychologie Santé Santé & Bien Être

Épuisement psychosomatique pendant le covid-19

En vivant la pandémie de covid-19, nous avons réalisé que nous ne sommes pas omnipotents et que notre responsabilité individuelle joue un rôle clé dans notre survie. Soudain, notre vie change radicalement et nous avons du mal à fair face à la situation.  

Covid-19 est Psychologie

En vivant la pandémie de covid-19, nous avons réalisé que nous ne sommes pas omnipotents et que notre responsabilité individuelle joue un rôle clé dans notre survie. Soudain, notre vie change radicalement et nous avons du mal à fair face à la situation.  Notre vie est comme si l’on avait appuyé sur le bouton pause et que l’on avait perdu l’illusion d’être indemne.

À travers cette crise nous avons réaliser que l’homme n’est pas si puissant face à une pandémie comme cela du covid-19.  La menace de la mort appelle à une attitude responsable vis-à-vis de notre propre vie et de celle de nos proches. La crise sanitaire mondiale actuelle nous a ôté l’illusion que nous sommes indestructibles, indemnes et omnipotents. Après tout, comme le disait Freud, personne ne croit en sa propre mort ; inconsciemment, chacun est convaincu qu’il vivra pour toujours et qui est immortel.

Les citoyens sont appelés à se renfermer, à se distancier socialement, à s’isoler. Il est normal de générer des sentiments de peur, d’anxiété, de tristesse, de colère et d’ennui. Des problèmes psychosociaux tels que le chômage, la violence domestique et les conflits relationnels apparaissent. La menace de mort et la psychose combinées à ce qui précède provoquent inévitablement une fatigue mentale et physique, un sentiment d’épuisement. Les signes d’épuisement professionnel peuvent notamment être une perte d’énergie, un sentiment de vide, un sentiment de désespoir, un sentiment d’apathie, une difficulté à répondre aux activités quotidiennes, ainsi que des symptômes physiques, une perte d’appétit, des troubles du sommeil et des maux de tête.

Les recherches ont montré une augmentation des sédatifs, anxiolytiques et antidépresseurs pendant le COVID-19. Plus précisément en Grèce, selon le centre de traitement des eaux usées de Psytaleia, on a enregistré la plus forte consommation de cocaïne depuis 2010, une augmentation de 650 % de la consommation d’amphétamines par rapport à 2019, une augmentation de 77 % des sédatifs et une augmentation de 31 % des antidépresseurs. Des données choquantes qui démontrent le sentiment d’épuisement des citoyens face à la pandémie.

Voici quelques conseils spécifiques pour gérer le burn out :

Reconnaître nos sentiments, ne pas amplifier les négatifs et rationaliser la situation en pensant à ce que nous pourrions faire mieux.

Rafraîchir notre pensée, le rituel du nettoyage et l’utilisation constante du masque nous rendent malades et fatigués. Mais nous devons accepter qu’en agissant ainsi, nous nous protégeons et protégeons ceux qui nous entourent. Ce que nous faisons est important pour notre société.

Communiquer avec la famille, les amis et les collègues, surmonter la distance, la distance est source de stress, la distance physique n’est pas nécessairement synonyme d’isolement social, nous utilisons la technologie et recherchons de nouvelles formes de communication.

Prenez soin de vous, nous ne devons pas négliger notre santé à cause de la quarantaine. L’exercice est également important pour stimuler l’énergie et l’humeur. Manger sainement est également un moyen important de rester en bonne santé, mentalement et physiquement, et peut prévenir l’épuisement.

Voilà quelque conseils :

  • Adoptez un régime équilibré.
  • Mangez plus de fruits et de légumes.
  • Réduisez au minimum les sucres et la consommation des aliments qui peuvent avoir un effet négatif sur votre humeur. Tels aliments sont l’alcool et la caféine (surtout s’ils sont consommés en excès).
  • Pensez positivement et aux avantages que vous tirez de cette expérience.
    Si vous vous rendez compte qu’il s’agit plus que d’un épuisement professionnel, il est important de demander une aide professionnelle.

Au-delà de la perte de milliers de vies, la pandémie laisse également une empreinte psychologique. Elle peut conduire à la « construction » d’un nouveau soi et à la découverte de défenses qui étaient bien cachées avant. Pour terminer cette expérience peut contribuer à l’activation de nouveaux mécanismes de survie.

Conclusion

Grâce à ce voyage, nous apprendrons peut-être à hiérarchiser nos priorités de manière significative, à apprécier les moments passés avec nos proches et leur caractère unique. Nous pourrons changer notre façon de penser, notre façon de vivre, nous aurons plus de respect pour la vie humaine et sa qualité. Peut-être donc que l’empreinte psychique laissée par covid-19 conduira à l’invention d’un nouveau guide de vie, centré sur les personnes et non sur les biens matériels.


De Brier N., Stroobants S., Vandekerckhove P., and De Buck E. (2020).Factors affecting
mental health of health care workers during coronavirus disease outbreaks: a rapid
systematic review.
 Gautam M., Kaur M., and Mahr G.(2020). COVID-19 associated psychiatric symptoms in
healthcare workers: viewpoint from internal medicine and psychiatry residents.
Psychosomatics
 Lai J., Ma S., Wang Y., Cai Z., Hu J., Wei N., et al. (2020). Factors associated with mental
health outcomes among health care workers exposed to coronavirus disease 2019. JAMA
Network Open, 3(3): p. e203976–e203976.
 Shanafelt T., Ripp J., and Trockel M., (2020).Understanding and addressing sources of anxiety
among health care professionals during the COVID-19 pandemic. JAMA,
 Wu A.W., Connors C., and Everly G.S. Jr., (2020).COVID-19: Peer Support and Crisis
Communication Strategies to Promote Institutional Resilience. Annals of Internal Medicine,

 

 

Faih Efthimiopoulou

Faih Efthimiopoulou

Diplômé du département de psychologie de l'université d'études sociales et politiques Panteion. Titulaire d'un diplôme transnational de troisième cycle en neuropsychologie clinique et neurosciences cognitives de la faculté de médecine de l'Université nationale et kapodistrienne d'Athènes et de l'Institut neurologique de Montréal, Université Mc Gill. Elle est collaboratrice scientifique de la 1ère clinique universitaire de neurologie, à l'hôpital Aeginitio, spécialisée dans les troubles neurodégénératifs et moteurs. Elle a réalisé d'importants travaux de recherche sur la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson, avec sa participation en tant qu'auteur et orateur à des conférences nationales, européennes et internationales, avec la rédaction d'articles scientifiques dans des revues étrangères et grecques réputées et avec sa participation à des études cliniques et des projets de recherche. Elle prépare actuellement sa thèse de doctorat au département des études internationales et européennes de l'université Panteion. Enfin, elle a une forte activité socio-politique visant à sensibiliser aux problèmes de santé mentale dans l'État.

0 comments on “Épuisement psychosomatique pendant le covid-19

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :