Santé Santé & Bien Être

Étude des fonctions cognitives dans la sclérose en plaques

Notre équipe de recherche est composée de deux neuropsychologues (Efthymiopoulou Faih & Pantinaki Stavroula) et d’un neurologue (Bougea Anastasia) ayant de nombreuses années d’expérience dans la SEP. Nous avons procédé à l’étude suivante dans le but d’examiner l’évolution cognitive à 5 ans des patients atteints de sclérose en plaques récurrente-rémittente (RR), secondaire progressive (SP), primaire progressive (PP), et des patients atteints de syndrome cliniquement isolé (CIS) par rapport aux participants témoins dans la population grecque. Plusieurs études transversales font état d’un déclin cognitif dans la sclérose en plaques (SEP), mais les études longitudinales avec un suivi suffisamment long font encore défaut.

Les participants étaient des patients RR (N= 80), des patients SP (N= 42), des patients PP (N= 28), des patients CIS (N= 48) et des sujets témoins sains (N= 50). Les patients ont été évalués par la BRBN (Brief Repeatable Battery of Neuropsychological Tests), le test de stroboscopie et le test de traçage de pistes par des neuropsychologues.

Selon nos résultats, un total de 47 patients (46,6 %) ont été définis comme présentant des troubles cognitifs au départ sur au moins un test, et 53 (37,9 %) ont été définis comme présentant des troubles lors du suivi après 72 mois. Les modèles de régression logistique ont montré que chaque écart-type de ralentissement de la vitesse de traitement de l’information (VTI) au départ ou le déclin de la VTI au fil du temps augmentait la probabilité de démence incidente (rapports de cotes de 1,51, intervalle de confiance à 95 % [IC] 1,31-1,98 ; et 2,44, IC à 95 % 2,12-3,14, respectivement). Les modèles à effets mixtes ont révélé des interactions statistiques entre la durée de la démence et l’évolution de la capacité d’apprentissage et de mémorisation verbale et des fonctions exécutives (FE) des patients atteints de SCI et de SEP-R, de sorte que ceux qui ont développé une démence ont présenté un déclin accéléré.

En conclusion, les déficits de la mémoire et des fonctions exécutives semblent être plus fréquents dans l’évolution du SCI et du SEP-RR, bien que le SPI semble apparaître tôt et progresser lentement. Le schéma de dysfonctionnement cognitif chez les patients atteints de SCI est similaire avec une épargne relative de l’apprentissage verbal.
*L’étude a été publiée par les auteurs Faih Efthymiopoulou, Stavroula Pantinaki et Anastasia Bougea au congrès de l’Académie européenne de neurologie, 2021.

Faih Efthymiopoulou,
Neuropsychologue MSc, PhDc

 

0 comments on “Étude des fonctions cognitives dans la sclérose en plaques

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :